Rana Plaza cela fait deux ans

Publié le : , par  Mougel
  • Erratum ... l’action commence à 12 h devant la gare.

    Devant la gare de Tours
    37000 - Tours

Peuples Solidaires Touraine mène une action avec le collectif droits des femmes et marche mondiale des femmes pour l’anniversaire de l’effondrement du Rana Plaza , l’entreprise textile du Bangladesh qui a fait plus de 1100 morts et 2000 blessés le 24 avril 2013.
Quelques grandes marques de textile ne se sont pas encore assez impliquées dans le soutien aux victimes, et nous leur demandons de soutenir le fonds d’indemnisation.
N’hésitez donc pas à venir nous rejoindre habillés/es avec du blanc qui ne craint rien, ou des draps blancs également (on mettra quelque traces de « sang » dessus).

Proposé par Pascal Charcosset pour Peuples Solidaire Touraine

En savoir plus :
Indemnisation des victimes : où en est-on ?
Les victimes du Rana Plaza ont reçu au mieux 70% des aides promises. Un mécanisme d’indemnisation collectif a été mis sur pied pour calculer le montant des indemnisations et recenser les victimes de façon rigoureuse. Le fonds d’indemnisation a rassemblé plus des deux tiers des 30 millions de dollars qui lui sont nécessaires et plusieurs entreprises refusent encore de contribuer.

Le cas des entreprises françaises
Des trois entreprises dont des étiquettes ont été retrouvées dans les décombres, Camaïeu a été la plus prompte à annoncer, le jour même où nous manifestions devant l’une de ses boutiques à Paris, qu’elle contribuerait au fonds d’indemnisation. Ciblé par nos Appels Urgents, nos actions de rue, et visé par une plainte que nous avons déposée auprès du Parquet de Lille, Auchan a finalement accepté de participer au fonds. Parmi les entreprises qui refusent encore de contribuer, Carrefour estime qu’elle n’a aucune responsabilité dans l’effondrement du Rana Plaza, une seule étiquette de sa marque « Tex » ayant été retrouvée dans les décombres.

Accord de sécurité : une mise en œuvre progressive
Un « Accord de prévention sur les incendies et la sécurité des bâtiments au Bangladesh », juridiquement contraignant, a été signé par plus de 150 entreprises de 20 pays différents. Paraphé par des syndicats internationaux et bangladais, il prévoit des inspections sur la sécurité des usines et engage les multinationales à s’assurer que les réparations nécessaires sont réalisées, y compris en apportant un soutien financier. De mars à septembre 2014, plus de 250 usines ont été inspectées.

Quelle responsabilité du gouvernement français ?
En l’état actuel de la législation, aucun recours n’est possible contre les entreprises françaises concernées par le drame du Rana Plaza. Membre du Forum citoyen pour la responsabilité sociale des entreprises, le collectif Ethique sur l’étiquette demande que la proposition de loi sur le devoir de vigilance des entreprises soit adoptée au Sénat et proclamée au plus vite. A ce jour, elle n’est pas encore inscrite dans le calendrier du Sénat alors qu’elle a été adoptée à l’Assemblée nationale en première lecture en mars 2015.

Agenda

AgendaTous les événements