Réunion de projet de cusine centrale

Publié le : , par  Stephana
  • Lors des rencontres que nous avons organisées à loches le 1er juillet, le thème de la santé alimentaire a été débattu. Nous l’avions déjà fait avec la confédération paysanne en 2016. Emmanuel Denis a développé ce sujet avec une proposition de travail en "convergence" sur la question de la cuisine centrale de Tours.

    Local Syndical du Conseil Départemental
    37 Rue Bernard Palissy
    37000 Tours

Intervention résumée d’Emmanuel Denis (EELV) à Loches :

"On marche aujourd’hui totalement sur la tête !
Les aliments parcourent en moyenne 2000 km entre la production et l’assiette. Les scandales sanitaires s’accumulent.
Les effets délétères de la malbouffe sur la santé sont nombreux : maladie cardio-vasculaires, obésité, cancer, etc.
Un chiffre : les effets des perturbateurs endocriniens massivement utilisés dans l’agriculture conventionnelle ou dans l’industrie agroalimentaire, coûtent 157 milliards d’euros par an en Europe.
Nous devons donc revenir à des choses plus cohérentes. D’abord, en allant vers un modèle de production agricole meilleur pour l’environnement et pour la santé des populations. C’est aussi un enjeu de justice sociale puisque la malbouffe touche tout spécialement les personnes les plus défavorisées.
Il faut en parallèle, engager un changement radical dans les circuits d’approvisionnement. Pour des raisons environnementales, mais aussi pour créer des débouchés qui permettent aux agriculteurs en crise de vivre dignement de leur travail.
À l’échelle de la métropole, relocaliser son alimentation aurait un effet économique énorme car pour nourrir ses 300000 habitants, il faudra 6000 agriculteurs alors qu’aujourd’hui l’Indre-et-Loire ne compte que 3500 exploitations…
La métropole a engagé l’élaboration d’une Politique Alimentaire Territoriale qui a pour objet d’agir à la fois sur l’offre en facilitant les installations et reconversions mais aussi sur la demande avec le levier des marchés public des collectivités.
Ce projet sera à suivre parce qu’il faudra être vigilant sur la qualité de l’alimentation qui sera promue. Mais également regarder quels acteurs en bénéficieront. L’idée n’étant pas de promouvoir les grandes entreprises de l’agroalimentaire mais plutôt la paysannerie et le fonctionnement en régie publique !
En particulier, à l’automne 2017 nous devrons suivre de près le projet de renouvellement de la cuisine centrale de Tours. La menace d’un passage au privé chez les industriels de la malbouffe, comme Sodexo ou Elior, est réelle.
A cette occasion, nous pourrions organiser mobilisations et événements pour la sauvegarde de nos services publics et pour favoriser l’accès à une alimentation saine pour tous."

Vous êtes tous conviés à cette réunion.

Proposé par Patrick Hallinger pour Convergences Services Publics 37

Agenda

AgendaTous les événements