Terreur dans l’hexagone, genèse du djihad français

Publié le : , par  Mougel

L’ouvrage de Gilles Kepel et Antoine Jardin « distingue trois générations de l’Islam en France : celle des "darons", correspondant à la "marche des beurs" en 1983, celle des "blédards" liée aux frères musulmans dans les années 1990, avec les attentats de 1995 liés au GIA en Algérie, puis, après l’émergence d’Al-Qaida en 2001, celle de "l’islam intégral" débouchant sur le djihadisme.
En France, le basculement a lieu avec les émeutes de quartiers de 2005, concernant des jeunes musulmans de nationalité française, à l’heure de l’explosion d’Internet et des réseaux sociaux. L’incubateur carcéral du djihadisme va transformer des délinquants en terroristes, comme Mohamed Merah en 2012, puis les auteurs des attentats de 2015. Le vote des musulmans permet à Hollande d’être élu en 2012, mais le contexte économique et social déplorable, l’affaire du "mariage pour tous" et la laïcité dure vont éloigner les musulmans de la gauche. Le djihad syrien va attirer de plus en plus de français et fournir le djihad français et les attentats que les services de renseignement ne sauront pas prévenir.
L’auteur déchiffre soigneusement les parcours des djihadistes et leur endoctrinement, avec de nombreuses citations des sites et analyses des vidéos disponibles sur la toile.
Il espère encore que les réactions de la société française aux attentats empêcheront le djihadisme de semer la terreur dans l’Hexagone, en s’appuyant sur "l’instruction publique". »
Le texte entre guillemets est du CRISLA Lorient membre du RITIMO.
Proposé par georges mougel pour le CID-MAHT.

Nouveautés du mois

AgendaTous les événements

août 2018 :

Rien pour ce mois

juillet 2018 | septembre 2018